Remise à neuf des étriers de frein

Après avoir eu la bonne idée de laisser les 4 étriers acier à l’air libre sur une étagère pendant plusieurs mois, j’ai eu la bonne surprise de les retrouver complètement grippés… Les pistons (également en acier) avaient rouillé. Il a donc fallut tout démonter, nettoyer & changer tous les joints.

Etriers-2J’en ai profité pour passer tous les éléments en peinture.

Compartiment moteur & dessous de caisse

Ça avance à la carrosserie !! Les dessous de caisse ont reçus leurs joints étanches (pour protéger les nouveaux planchers) ainsi que le revêtement noir de dessous de caisse. Les passages de roue avant & arrière ont également été traités.

Poncage_preparation-7

Les portes, capots et tôles arrières sont apprêtés et le reste de la 912 est en fin de ponçage avant de la passer entièrement en apprêt…

Après les pneus, les ailes…

transport_carrosserie_montageRemontage des principaux panneaux de carrosserie pour le transport : les ailes, les portes, capots avant & arrières, le pare-choc avant.
Ça fait plaisir de redécouvrir les courbes de cette 912 après tant de semaines de brossage, meulage, soudure…etc.

Il reste encore pas mal de boulot à la carrosserie pour lui redonner un aspect nickel, mais le projet avance bien :).

Et après quelques efforts, la belle est bien attachée sur le camion pour son voyage dans le noooooord ! Prochaine étape : Noyon

transport_carrosserie-9

Y fait froid dans l'coffre !!

Nettoyage_coffre-4Mais Antoine s’est attaqué au nettoyage du compartiment moteur, en enlevant les nombreuses couches de matières… créatives… ajoutées au fil des ans probablement pour ne pas que le flat4 prenne froid dans l’Oregon (plaques de mousses isolantes, cordon de mousse polyuréthane de plusieurs centimètres d’épaisseurs…etc).

Nettoyage_coffre-2 Nettoyage_coffre-1

Dépose des trains roulants

trains_roulants-1J’attaque le démontage des trains roulants. Vu la couche de terre, de graisse…etc. on va dire que ça n’a pas été fait depuis un sacré bout de temps !!

Les disques & supports, ainsi que les roulements sont apparemment en bon état.

En revanche les biellettes de suspensions sont HS (arg… à 150€ pièce ça pique un peu). Les biellettes de directions sont encore en état mais seront remplacées par des modèles type « turbo » qui sont équipées de sphères sur la partie interne (proche de la crémaillère de direction) à la place du système fourchette + silent-bloc d’origine, ce qui donne une direction plus dynamique & précise.

trains_roulants-2trains_roulants-5Au programme nettoyage, sablage, passage à l’epoxy noir et remontage avec les nouvelles biellettes & de nouvelles cartouches d’amortisseur.

Remise à neuf du réservoir

Il avait pourtant l’air en bon état général !!

reservoir_RedOne-1Bien sûr, il y avait pas mal de rouille au niveau du rebord qui est en contact avec le joint mousse (enfin ce qu’il en reste) et le châssis, mais rien d’inquiétant. L’intérieur semble très correct, aucune trace de rouille dans l’essence lorsque l’on a vidé complètement le cuve.

Impossible de sabler la couche importante d’anti-gravillons qui recouvre tout le réservoir : il faudra donc gratter tout à la main !!! Et au détour d’un coup de grattoir : il y avait quelques surprises !!

Under her skin

pann_porte_RedOne-4Après avoir déshabillé totalement l’intérieur de la 912, on va s’attaquer au nettoyage des pièces qui nécessiteront une reconstruction totale. C’est le cas du tableau de bord dont le sky est cuit par le soleil et a clairement passé l’âge de la retraite. C’est également le cas des panneaux de portes qui ont été découpés à la barbare pour y fixer deux enceintes… no comment.

Voilà ce que ça donne :

Les éléments métalliques sous le tableau de bord, ainsi que sur les portières et fenêtres ont été sablés, apprêtés et peints. Tous ces éléments partent chez Accroc Cuir 2 pour y recevoir un nouveau sky noir.

Le sablage… galéres & décapage

Après la lectures de kilomètres de pages web sur le sujet, je me suis lancé en achetant une sableuse chez HBM France : modèle SBC10 (cuve de 40 litres)

Premier constat, il faut un sacré débit d’air pour ne pas que la sableuse « essouffle » après 20 secondes de fonctionnement : minimum 200L/mn pour que ça fonctionne bien soit un compresseur de 3cv !!

Dans mon cas, j’ai couplé mes deux compresseurs de 2cv & 3,5cv en reliant directement la sortie du compresseur de 2cv à la cuve du 3,5cv ce qui me donne un débit théorique d’environ 400 L/mn. J’ai utilisé du sable très fin (Archifine, disponible chez Kiloutou) pour ne pas prendre de risque de déformation des tôles. En contre partie, le sablage est plus lent et impossible d’attaquer des matières épaisses ou moles (type anti-gravillon).

Je suis très content du résultat, c’est pas aussi nickel que si j’avais envoyé mes pièces chez un sableur pro, mais c’est déjà top… la rouille est totalement enlevée et je peux traiter le métal nu soit au dérouillant Phosphatant si la pièce est bien attaquée, soit directement au primaire phosphatant. C’est un peu chiant à faire (c’est long & ça en met partout) mais l’investissement n’est pas énorme & je pense me faire une cabine d’ici quelques temps pour éviter la transformation du garage en dune de sable…

Voilà ce que ça donne sur des petites pièces :

Je suis allé chez Kiloutou chercher un sac de grains plus gros pour essayer de sabler des zones plus techniques (anti-gravillon, epoxy…etc). Résultats d’ici quelques jours.

Les joies de l'import US…

Une surprise marrante pendant le démontage : 3 balles de .22LR cachées sous la moquette conducteur…

9mm-1

Son premier propriétaire étant un vétéran de l’armée américaine, il a certainement utilisé cette 912 pour aller shooter quelques cartons au stand de tir !! 😉

Démontage & découvertes

Le démontage commence avec Antoine qui me file un coup de main. Le volant, les sièges et les panneaux de portes facilement enlevés sont la première étape, c’est aussi la plus facile.

En dessous, c’est plus… attaqué !! Les planchers comme prévu, sont complètement morts : il y a de la rouille perforante partout. Les joints sont tous complètement secs, c’est cassant & dur à enlever. La moquette est plutôt bien conservée, elle est soigneusement mise de coté. Le reste est plutôt correct mais c’est une vrai galère de gratter l’isolant goudronné collé il y a 47ans.

Dans l’ensemble c’est plutôt une bonne surprise : les points fragiles sont moins touchés qu’on aurait pu croire, seuls les cuvettes de dessous de portières sont vraiment mal, c’est la maladie des ces voitures quasiment aucune n’est épargnée. il faudra découper.

Reste quelques vis récalcitrantes, les vis de portières repeintes ne se laissent pas toutes faire, ainsi que les vis de siège arrière… Je n’ai eu aucune pitié pour ces rebelles : à la perceuse !!!! …. ou la disqueuse…

demontage_RedOne-7
Dans l’ensemble la carrosserie est en bon état, seule la technique du boucher new-yorkai improvisé carrossier qui a élargie 3 des 4 ailes est a revoir !!

Maintenant qu’on y voit un peu plus clair, il va falloir commander les pièces & s’attaquer au sablage.