Remise à neuf des étriers de frein

Après avoir eu la bonne idée de laisser les 4 étriers acier à l’air libre sur une étagère pendant plusieurs mois, j’ai eu la bonne surprise de les retrouver complètement grippés… Les pistons (également en acier) avaient rouillé. Il a donc fallut tout démonter, nettoyer & changer tous les joints.

Etriers-2J’en ai profité pour passer tous les éléments en peinture.

Plancher passager & fond de coffre à outils

En enlevant le plancher passager, j’ai vu que le fond de coffre à outil est bien attaqué… pas mal de points de rouille perforante, pas le choix : il faut faire de la chirurgie !!!

J’attaque donc la découpe des zones malades.

Et franchement l’intérieur du coffre n’est pas en super état !! … avant de reconstruire, il faudra passer par le sablage au grain moyen, histoire d’y voir plus clair.

soudure_plancher_passager-5Une fois les nouvelles pièces découpées & ajustées, quelques points de MIG pour fixer tout ça :

Le second plancher est maintenant en place et le fond de coffre est réparé. Reste à finir les soudures par de beaux cordons tout propres et pour ça Thierry vient me filer un coup de main !!

Changement de plancher

Maintenant que je suis un pro de la soudure (j’ai au moins 2h d’expérience… et 15cm de cordon à mon actif), je passe au gros du chantier : découpe des planchers d’origine complètement morts.

demontage_RedOne-19Et là, gros dilemme : Est-ce que je dépointe l’ensemble du plancher ou bien je remplace uniquement les zones centrales ?

Après avoir enlevé l’anti-gravillon, j’inspecte l’ensemble : les zones extérieures sont en bon état & surtout la zone sous le tunnel central est nickel. J’opte donc pour la seconde solution : découpe des deux zones centrales, ajustage des nouveaux planchers commandés chez Joma Parts, pointage & soudure bord à bord.


Antoine m’a filé un gros coup de main sur ce coup là : nettoyage des multiples couches d’anti-gravillon sous le plancher, ajustage du nouveau, maintient pendant le pointage…etc.


Reste à faire l’autre coté de la même façon, finir les soudures, meuler le tout pour avoir un beau rendu lisse & protéger tout ça au mastic spécial soudure.

 

Premières soudures…

Il faut bien commencer quelques part ! J’ai donc attaqué ma première soudure au MIG sur la zone HS du seuil de porte conducteur.

C’est LA zone sensible sur les 912/911 classiques !!

Planchers-34

Et pour réparer ça il faut un sacrifice… j’ai donc du abattre une BX !!!
(Au départ j’ai eu un petite réticence à mettre un morceau de citroen sur une porsche, mais Antoine m’a convaincu qu’achever une BX c’est une bonne action, c’est bon pour mon karma)

Voilà donc l’arme : un GYS – SmartMig 162

Planchers-35 Après avoir nettoyé la zone, j’ai donc découpé ma tôle dans un aile de récup., pointé & souder… non sans mal (j’ai encore quelques progrès à faire pour régler le MIG)

Il reste encore quelques points à faire et surtout trouver une fraise pour aller nettoyer le cordon de soudure dans la gorge de joint de porte mais je suis content… J’ai encore beaucoup de progrès à faire mais j’ai réussi à coller deux bouts de ferraille ensemble c’est déjà bien !!

 

Under her skin

pann_porte_RedOne-4Après avoir déshabillé totalement l’intérieur de la 912, on va s’attaquer au nettoyage des pièces qui nécessiteront une reconstruction totale. C’est le cas du tableau de bord dont le sky est cuit par le soleil et a clairement passé l’âge de la retraite. C’est également le cas des panneaux de portes qui ont été découpés à la barbare pour y fixer deux enceintes… no comment.

Voilà ce que ça donne :

Les éléments métalliques sous le tableau de bord, ainsi que sur les portières et fenêtres ont été sablés, apprêtés et peints. Tous ces éléments partent chez Accroc Cuir 2 pour y recevoir un nouveau sky noir.

Le sablage… galéres & décapage

Après la lectures de kilomètres de pages web sur le sujet, je me suis lancé en achetant une sableuse chez HBM France : modèle SBC10 (cuve de 40 litres)

Premier constat, il faut un sacré débit d’air pour ne pas que la sableuse « essouffle » après 20 secondes de fonctionnement : minimum 200L/mn pour que ça fonctionne bien soit un compresseur de 3cv !!

Dans mon cas, j’ai couplé mes deux compresseurs de 2cv & 3,5cv en reliant directement la sortie du compresseur de 2cv à la cuve du 3,5cv ce qui me donne un débit théorique d’environ 400 L/mn. J’ai utilisé du sable très fin (Archifine, disponible chez Kiloutou) pour ne pas prendre de risque de déformation des tôles. En contre partie, le sablage est plus lent et impossible d’attaquer des matières épaisses ou moles (type anti-gravillon).

Je suis très content du résultat, c’est pas aussi nickel que si j’avais envoyé mes pièces chez un sableur pro, mais c’est déjà top… la rouille est totalement enlevée et je peux traiter le métal nu soit au dérouillant Phosphatant si la pièce est bien attaquée, soit directement au primaire phosphatant. C’est un peu chiant à faire (c’est long & ça en met partout) mais l’investissement n’est pas énorme & je pense me faire une cabine d’ici quelques temps pour éviter la transformation du garage en dune de sable…

Voilà ce que ça donne sur des petites pièces :

Je suis allé chez Kiloutou chercher un sac de grains plus gros pour essayer de sabler des zones plus techniques (anti-gravillon, epoxy…etc). Résultats d’ici quelques jours.

Les joies de l'import US…

Une surprise marrante pendant le démontage : 3 balles de .22LR cachées sous la moquette conducteur…

9mm-1

Son premier propriétaire étant un vétéran de l’armée américaine, il a certainement utilisé cette 912 pour aller shooter quelques cartons au stand de tir !! 😉

Démontage & découvertes

Le démontage commence avec Antoine qui me file un coup de main. Le volant, les sièges et les panneaux de portes facilement enlevés sont la première étape, c’est aussi la plus facile.

En dessous, c’est plus… attaqué !! Les planchers comme prévu, sont complètement morts : il y a de la rouille perforante partout. Les joints sont tous complètement secs, c’est cassant & dur à enlever. La moquette est plutôt bien conservée, elle est soigneusement mise de coté. Le reste est plutôt correct mais c’est une vrai galère de gratter l’isolant goudronné collé il y a 47ans.

Dans l’ensemble c’est plutôt une bonne surprise : les points fragiles sont moins touchés qu’on aurait pu croire, seuls les cuvettes de dessous de portières sont vraiment mal, c’est la maladie des ces voitures quasiment aucune n’est épargnée. il faudra découper.

Reste quelques vis récalcitrantes, les vis de portières repeintes ne se laissent pas toutes faire, ainsi que les vis de siège arrière… Je n’ai eu aucune pitié pour ces rebelles : à la perceuse !!!! …. ou la disqueuse…

demontage_RedOne-7
Dans l’ensemble la carrosserie est en bon état, seule la technique du boucher new-yorkai improvisé carrossier qui a élargie 3 des 4 ailes est a revoir !!

Maintenant qu’on y voit un peu plus clair, il va falloir commander les pièces & s’attaquer au sablage.